Parliament-Funkadelic : l’ère dorée du funk américain

Formation et début de carrière

George Clinton a formé le groupe en 1968 en rassemblant des membres de deux groupes, The Parliaments et The Funkadelics. Leur premier album, «Osmium», est sorti en 1970 sous le nom de Parliament. Le groupe a ensuite sorti plusieurs albums sous les noms de Parliament et Funkadelic, avec des membres communs aux deux groupes.

L’apogée du P-Funk dans les années 70

Au cours des années 1970, Parliament-Funkadelic a connu un grand succès avec des albums tels que «Mothership Connection», «The Clones of Dr. Funkenstein» et «One Nation Under a Groove». Leurs concerts étaient célèbres pour leur extravagance et leur spectacle, avec des membres du groupe portant des costumes colorés et des mises en scène élaborées.

Les tubes du P-Funk

Le groupe a produit de nombreux tubes au cours des années 1970, notamment «Flash Light», «One Nation Under a Groove», «Give Up the Funk (Tear the Roof off the Sucker)», «Up for the Down Stroke» et «P-Funk (Wants to Get Funked Up)». Leurs chansons ont eu une grande influence sur le développement du hip-hop, du funk et de la musique électronique.

Fin de carrière et héritage musical

Le groupe s’est dissous dans les années 1980, mais de nombreux membres ont continué à faire de la musique en solo ou dans d’autres groupes. George Clinton est devenu une figure emblématique de la musique afro-américaine et a continué à se produire jusqu’à récemment. Le son unique du P-Funk continue d’influencer de nombreux artistes et reste une pierre angulaire du funk américain.

Sources :